mardi 3 avril 2018

Par chance, je ne travaille pas dans une entreprise heureuse !


Au travail, le bonheur à tout prix est un titre qui en dit long (La Liberté du 27.03.18) !
Que se passe-t-il lorsqu'on veut forcer le bonheur ?

Le Bhoutan a introduit l’indice de Bonheur National Brut. Résultat : quand vous interrogez un habitant de ce royaume, la réponse fuse « Je suis heureux ». Encore faut-il préciser qu’un guide ne vous lâche pas d’une semelle et que lui-même redoute d’être espionné par un sbire du gouvernement.
D’un autre côté, si vous posez la même question à un Suisse, il y répondra de manière nuancée. Sauf que la Suisse était championne du monde du bonheur en 2015, 2ème en 2016 et 6ème en 2017. Morale de l’histoire, le bonheur se vit, mais ne se décrète pas.

Quand je me lève le matin pour aller travailler, je ne cherche pas à être heureux, mais plus simplement à gagner ma vie. J’essaie d’y trouver satisfaction et je sais ce qui y contribue : des tâches intéressantes, la reconnaissance des supérieurs, de bonnes conditions de travail. Je n’aimerais pas qu’un chef du bonheur vienne me mettre une pression supplémentaire.

Que les dirigeants empoignent les vraies questions pour améliorer les conditions de travail (c’est-à-dire qu’ils acceptent de diminuer les bénéfices au profit de la qualité de vie) plutôt que d’investir dans des projets tape-à-l’œil mais vains !

Par chance, je ne travaille pas dans une entreprise heureuse, ou qui se prétend comme telle. J’ai encore le droit d’être critique et de ne pas afficher un sourire béat à tout moment. Peut-être est-ce aussi pour cela que j’apprécie mon travail…

Courrier des lecteurs du 3 avril 2018

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire